Ce n’est pas juste une photo

Lors d’une discussion un peu banale avec une amie, j’ai glissé « si tu m’engages comme photographe, je viendrai à ta soirée ». Ce à quoi elle a répondu « Tu sais, tout le monde a un smartphone maintenant ». Je me souviens avoir murmuré quelque chose de pas très compréhensible. Mais j’y ai repensé toute la journée. Je m’en suis voulu de ne pas avoir su défendre cet métier, cet art avec les mots qu’il faut. Ainsi, j’ai décidé de rectifier le tir et de le faire publiquement.

Le règne de l’image

L’image règne en maître. Ou plutôt en maîtresse. 

Clic, clic, clic. On l’entend très souvent. Devant un latte. Devant la Tour Eiffel. Devant la bouille d’un chien. Devant un miroir. Devant soi-même. 

Tout le monde a un smartphone

les smartphones ont contribué à l’établissement de ce règne. Démocratiser l’image. La rendre accessible à tous. Ce qui a aussi permis l’éclosion de nombreuses vocations. Quelque chose d’incroyable en soi. Par ailleurs, on a assisté à l’explosion du nombre de talents qui sont aujourd’hui plus visibles grâce aux réseaux sociaux. C’est merveilleux (et pour les yeux et pour le cœur).

Mais suffit-il d’avoir un smartphone pour faire une belle photo? Suffit-il d’avoir un appareil photo entre les mains pour être un.e photographe?

La photographie : bien plus qu’un métier, un art

Depuis que j’ai décidé de faire des portraits, j’ai rencontré des personnes formidables. Essentiellement des femmes. Mon processus créatif est toujours le même : regarder – analyser – créer. Mon but avec chacun de mes clichés est de communiquer une émotion. Que les gens qui regardent le cliché ressentent l’atmosphère, les émotions qui ont constitué le cliché. Qu’ils se sentent connectés à chaque élément du cliché. Avec les portraits, je me suis rendue compte qu’au-delà de communiquer une émotion, la photographie a ce pouvoir extraordinaire de retranscrire la réalité, la vraie. En effet, je reçois plusieurs messages, privés comme publics, sur mes réseaux sociaux où ces personnes qui se sont retrouvées devant mon objectif me disent à quel point ils ne pensaient pas qu’ils pouvaient ressembler à ça. A quel point maintenant ils trouvent beau une caractéristique physique qu’ils n’aimaient pourtant pas. Enfin, à quel point ils sont fières d’eux.

Voilà là l’essence de ce métier : retranscrire la réalité, la vraie. Celle qu’on a longtemps refusé de voir.  Qu’on a occulté à raison ou à tord. Qui pourtant ne demande qu’à nous éblouir de sa lueur.

In cro yable ! Tu as fait un taff de malade et pourtant c’était pas gagné avec mon gros visage pas du tout photogénique.

Ama Farouma

Et je signe et persiste, seul l’œil d’un.e photographe passionné.e peut réussir à capturer cette réalité, cette vérité. Parce qu’il faut de la passion, de l’amour et une grande ouverture d’esprit pour aller chercher la vérité et l’immortaliser. Surtout, il faut un grand cœur pour voir la beauté même lorsque les autres peinent à la voir.

Merci à toi surtout pour ce beau moment, c’était un véritable défi que je me lançais, me faire prendre en photo. Complètement émerveillée devant celles-ci.

Valo

Etre photographe en 2019

Je suis une photographe, une âme sensible, une créatrice, une artiste. J’ose enfin le dire car c’est la vérité. 

Cependant, cette réalité, cette vérité est souvent passée sous silence. Tant le métier est minimisé car tout le monde a un smartphone et la version gratuite de Photoshop. Si seulement, c’était les seuls requis pour être photographe…

Un.e photographe saura vous mettre en valeur, saura vous montrer sous votre meilleur jour, prendra le temps de vous écouter et d’adhérer à votre projet. Enfin, un.e photographe aura le sens du détail et de la minutie.

Souvenez-vous de ces mots lorsqu’il vous viendra à l’esprit de minimiser ce métier, cet art sous fond d’avancées technologiques…

Author: Ellie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *